Le Marché des Enfants Rouges à Paris. Son histoire, ses anecdotes.

Le marché des enfants rouges à Paris

Le Marché des Enfants Rouges est très connu et fréquenté par les habitants et les personnes travaillant dans le 3° arrondissement. Les plupart des parisiens en ont déjà entendu parler, mais… connaissez vous vraiment son histoire ? Nous avons trouvé pour vous quelques anecdotes sur ce célèbre marché couvert !

L’orphelinat des enfants vêtus de rouge…

Au XVI° siècle, bon nombre d’enfants, orphelins de père et de mère, sont logés par l’Hôtel Dieu. Maladies infectieuses, insalubrité, ces enfants étaient malheureusement voués à une vie trop courte…
En 1536, Marguerite de Navarre, la sœur de François 1er, décide de créer un hôpital dont le but serait de recevoir ces orphelins, appelés les Enfants de Dieu. Leur dénomination évoluera petit à petit de par les vêtements de couleur rouge, symbolisant à l’époque la charité chrétienne, dont ils étaient vêtus. Ils se firent alors appeler les Enfants Rouges.

La création d’un marché

Au début du XVII° siècle, la ville de Paris était délimitée au nord par l’actuelle place de la République. Peu de temps auparavant, Henri IV avait envisagé de créer aux alentours de cette limite de Paris une place de France, constituant un point de départ depuis lequel rayonneraient des rues portant les noms des différentes provinces du pays. Une sorte de carte de France, matérialisée dans la pierre… Ce projet ne sera pas achevé, Henri IV ayant été assassiné avant d’avoir pu réaliser son projet.

Parallèlement, la demande en produits de consommation courante ne faisant que s’accroître, Louis XIII charge deux commissaires de guerre, Sulfice Richard et Jean Duflos, de créer un petit marché à proximité de cette place. Le roi leur envoie des lettres patentes en 1615, et les deux hommes se mettent immédiatement à envisager les plans de construction de ce nouveau marché, devant à la base n’approvisionner que le quartier du Marais, conçu peu de temps avant, au cours du XVIème siècle.

Richard et Duflos décident d’implanter ce marché à l’angle des rues de Berry et Bretagne, sur un grand terrain qu’ils ont acquis. Le maître charpentier du roi est missionné pour la création d’une halle de bois considérable et des étaux de boucherie. Le marché résultant de ces aménagements sera appelé le « Petit Marché du Marais ». La demande étant si importante, ce marché évolue et s’agrandit rapidement, devenant le « Marché du Marais du Temple ».

Un puits et une étable sont ensuite ajoutés, ravivant les capacités et l’offre du marché. Au centre de nombreux intérêts, le Petit Marché est acquis dès 1673 par Jean-Dominique Cassini, astronome à la Cour du Roi. Un siècle plus tard, sa descendance se voit dans l’obligation de se séparer du marché, n’ayant pas pu expulser les nombreux vendeurs à la sauvette qui l’avaient investi au fil du temps.

Comment l’orphelinat a t’il donné son nom au marché ?

La même année, en 1772 précisément, l’orphelinat des enfants rouges ferme ses portes, sur ordre des pouvoirs publics. Coïncidence étrange avec le marché dont la famille, propriétaire durant un siècle, veut se séparer.
Les orphelins sont alors transférés aux Enfants Trouvés, sur l’Ile de la Cité. En mémoire de cet établissement à la fois hôpital et orphelinat, qui avait rythmé et donné sa culture au quartier entier, les riverains donnent au marché du Marais du Temple le nom de « Marché Des Enfants Rouges », dès la fin du XVII ème siècle.

L’agrandissement du marché

Geoffroy d’Assy, philanthrope et franc-maçon, décide alors de racheter le marché. Entre-temps, la ville de Paris s’agrandit et la démographie impose d’augmenter encore l’approvisionnement en nourriture. Le quartier en plein essor de l’actuelle place de la République se développe concrètement. Pour pallier aux nouveaux besoins, Geoffroy d’Assy pense à des stratégies adaptées, en valorisant l’importance du Marché des Enfants Rouges. Il entreprend sa rénovation et son agrandissement, installe un réverbère en son centre ainsi qu’une fontaine, demandée par les bouchers, poissonniers et primeurs.

Mais le propriétaire, apprécié des marchands, sera pourtant guillotiné en l’An II. Le Marché des Enfants Rouges est ensuite légué à la Ville de Paris en 1912.

Mais entre-temps, de nombreuses modifications avaient été réalisées. Un corps de Garde occupé par la Garde de Paris avait été créé au 90 rue des Archives, en mai 1790. Il accueille le siège de la Section de l’Homme Armé, dans la chapelle de l’Hôpital des Enfants Rouges. Une nouvelle fontaine et une vacherie sont également créées. La vacherie, également connue sous le nom de « la laiterie des enfants rouges », renferme plus d’une dizaine de vaches à l’emplacement présent du potager des oiseaux, dans une ruelle à côté du marché, et procure du lait frais pour tout le quartier jusqu’en 1914, date de sa fermeture.
En étant inscrit à l’inventaire des Monuments historiques depuis 1982, le marché des Enfants Rouges a pu résister à de nombreuses opérations financières.

Les enfants rouges et le communisme…

La couleur « rouge » a souvent été associée au communisme. Y a t’il un lien entre la dénomination de ce marché, la couleur des vêtements des enfants orphelins, et le parti politique ?
En creusant un peu, on s’aperçoit que le quartier du Marché des Enfants Rouges a été, au fil des années, lieu de rassemblement ou de création d’évènements liés au parti.
Tout d’abord, en 1789, Robespierre, représentant de l’extrême gauche démocratique et de la Commune, choisit d’habiter au 64 rue de Saintonge, pendant 3 ans consécutifs.

Puis, au 49 rue de Bretagne, se sont succédés divers rassemblements communistes :
– Maison commune du 3ème arrondissement, au 1° étage : Conférence de Lénine sur « le parti ouvrier et la religion » le 21 mai 1909, avec le club du prolétariat. Puis Siège de l’Union des sociétés de conscrits et de réservistes en 1925.
– Siège de la Fédération de Paris du parti socialiste (PCF) – Louis Aragon et André Breton adhèrent au PCF après le congrès de Tours en janvier 1921
– Restaurant de la Coopérative communiste de la Famille nouvelle, tenu par La Muse Rouge, Hô Chi Minh et Radi, le gérant. Ce café restaurant était associé à l’une des organisations du PCF et des Goguettes révolutionnaires, de 1922 à 1925.
Paradoxe, le 49 rue de Bretagne avait auparavant été le café de la Garde nationale et Comité d’initiative, accueillant les Officiers du 145ème bataillon de la Garde nationale le 30 janvier 1871.

Le marché aujourd’hui

Le Marché des Enfants Rouges est le plus vieux marché de Paris ayant subsisté. Vous pouvez vous y rendre par trois entrées différentes ; au 39 ou au 41 rue de Bretagne, ou encore au 33 bis rue Charlot.
Après son rachat par la Ville de Paris, ce marché est maintenant au coeur du quartier et est ancré dans le quotidien des riverains. Les habitants l’appellent la « place du village », ce qui en dit beaucoup… Il n’a été réhabilité qu’en novembre 2000, grâce à la volonté des habitants et du soutien de la municipalité.

Le Marché des Enfants Rouges est aujourd’hui un espace de convivialité, où marchands et habitants cohabitent en toute sympathie. Les commerçants sont présents durant l’année entière. Parmi eux, des producteurs bio, cavistes, ostréiculteurs, traiteurs spécialisés. Les terroirs des régions françaises jouissent d’une belle représentation.

En plus des produits français, quelques stands offrent un large choix de produits marocains, asiatiques et méditerranéens. Des restaurants cafés, un fleuriste et même un photographe y sont également implantés et appréciés des visiteurs.

Il y a quelques années, le Marché des Enfants Rouges a bien failli être détruit. La mairie de Paris voulait le détruire pour y construire un parking, une crèche et une bibliothèque, tout en conservant quelques stands. Des associations d’habitants se sont mobilisées, et ont réussi à conserver le marché en 2007.

La légende du Marché des Enfants Rouges

Un devin du 19° siècle aurait prédit que les maisons du quartier s’écrouleraient si le Marché des Enfants Rouges venait à être détruit… Les habitants s’étant mobilisés pour empêcher la destruction du marché étaient ils au courant de cette légende ?

Parcouru par des dizaines de riverains et de touristes chaque jour, le Marché des Enfants Rouges est un lieu parisien à découvrir, pour aimer encore plus notre capitale.

Vous aimerez aussi…

À découvrir également

Menu